Mon quatrième trimestre

Salut à toi Horcazien ! Aujourd’hui on se retrouve avec un témoignage spontané au sujet du post-partum. Charline nous a confié en toute sincérité son expérience, ses ressentis et émotion de l’après-naissance de son bébé. Nous esperons que le sujet vous parlera et vous demandons d’accueillir ses mots dans votre bienveillance habituelle

« On dit souvent qu’être enceinte c’est 9 mois, 9 mois pendant lesquelles certaines femmes ont des nausées, des vomissements, des hémorroïdes, enfin toute sorte de soucis dûs à cette fameuse grossesse… J’avoue que la mienne a été idyllique ! Rien de tout cela, juste quelques vergetures dues aux 20kg qui m’ont sympathiquement accompagnés. 

On évoque un peu moins « l’après », on te dit juste « profites-en pour dormir parce que quand il sera là… » ou bien « ne te fais pas de souci, tu verras après ce sera pire… »; enfin plein de choses ultra rassurantes, alors que tu n’as pas besoin de ça.

Après un mois de vie de notre merveille, je n’ai toujours pas à me plaindre, il dort, il mange et ne pleure jamais, la belle vie non ? Oui, la belle vie.  

Alors pourquoi je me plaindrais ? Pourquoi je me sentirai seule alors que j’ai un petit être avec moi et un conjoint qui m’aime et me soutient ? Pourquoi aurais-je l’impression d’être vide de l’intérieur ? Et surtout, pourquoi est-ce que j’en parlerai ? Non, on ne parle pas de ces choses là. Une maman ne se plaint pas. Elle est faite pour ça après tout, procréer.

Après 9 mois de deux coeurs dans un seul corps, oui, je me sens seule et abandonnée.

Après 9 mois de petits (ou gros) coups dans mon bidon, de hoquets que seule moi peux sentir, de douceur et de tendresse, de moments rien qu’à nous deux, je me sens vide, tellement vide. Maintenant, il faut essayer de partager. 

Partager mon enfant ? Quelle drôle d’idée ! 

« Je peux le prendre ? », « Il a besoin de son papy-mamy-tata là ! », « Allez viens dans mes bras mon petit » ou bien les « il mange bien à la cantine, dis donc ! », « il a de bonnes joues », « quoi ? Il ne rentre plus dans du 1 mois déjà ?! »… 

C’est très dur d’entendre tout cela, et surtout de ne pas le prendre mal, car au fond, il n’y a rien de méchant. Mais c’est juste insupportable. J’ai juste envie qu’il ne soit rien qu’à moi, comme pendant les 9 derniers mois. Mais après tout, « on ne fait pas un enfant pour soi ! ».

Cet abandon, il ne faut pas en parler, il ne faut pas l’évoquer, car au final tout va bien outre les fameuses « tranchées » (sympa comme nom non ?), ces « petites » contractions post-partum qui permettent que l’utérus se remettent en place ou bien les saignements abondants pendant les deux premières semaines, puis ce putain d’état psychologique de déprimée marqué sur ton visage, alors que je le répète : tout va bien.

Mon côté égocentrique me fait dire que je n’existe plus depuis 1 mois. Dès qu’une femme met un enfant au monde, elle devient maman, comme si elle n’était plus femme, comme si son nouveau rôle est seulement et simplement celui d’être mère. 

« Bébé va bien ? », « Je peux voir le bébé ? », « Est-ce qu’il a bien mangé aujourd’hui ? », « Alors il mesure combien maintenant ? »… J’aurais dû profiter des nouvelles que l’on prenait de moi avant, des questions anodines que l’on me posait sur ma santé, mon état d’esprit, mes inquiétudes… 

On aurait dû me prévenir. 

On aurait dû me dire que j’allais devoir affronter seule les « Il faudrait peut-être t’habiller non ? », « tu vas reprendre le sport ? », « Prends un peu plus soin de toi ! », ça devrait être dans les bouquins qui t’expliquent que la grossesse et le post-partum sont des moments super géniaux ! 

Le post-partum est une étape assez compliquée physiquement pour certaines et-ou psychologiquement pour d’autres. 

Parfois je touche mon ventre en me rappelant la sensation de bébé à l’intérieur, bébé qui bougeait à chaque fois que j’y passais ma main. Mais maintenant, il est dans mes bras, je peux le sentir, le toucher, l’embrasser et lui prendre la main, tout ce que j’attendais impatiemment quand il était encore bien au chaud. Alors, encore une fois, tout va bien. 

Tout va bien. Et tout ira mieux.« 


Tu souhaites intervenir, parler de ton histoire, de ce qui t’anime ou te fait peur ? Écris-nous !
Mail : contacthorcaz@gmail.com
Instagram : @horcaz
Youtube : Horcaz
Facebook : @horcaz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :